Pourquoi photographier encore et encore les mêmes Orchidées spontanées ? 

Au sein d'une population, des individus se distinguent.
Isolément, leur identification devient alors un peu plus incertaine. Mais quand ils voisinent comme ici avec leurs congénères, le doute n'est pas permis. 

 

11

 

Les botanistes et leur sang-froid descriptif ne voient là ni chef, ni prétentieux, ni fou, ni dangereux..., simplement une "Orchidée aberrante". Autrement dit, un sujet original qui s'écarte des autres par son aspect.
Certaines sont qualifiées ainsi en raison d'une anomalie de couleur, d'autres, en raison d'anomalies de forme. 

 

12

 

Notre Orchis mascula, ou Orchis mâle de la Montagne de la Chaume diffère de ses voisins de pelouse par la couleur ; précisément, par la "régulation génétique de l'expression des anthocyanes", les pigments responsables des teintes pourpres et violacées.
Bien plus clair, ses boutons floraux sont légèrement rosés, et ses labelles déployés approchent du blanc. 

 

13

 La même anomalie de couleur observée le lendemain
au fond de la Combe à la Vieille à BOUILLAND (21) 

 

A vos sens !
Il est possible de rencontrer des Orchis mascula à l'anomalie chromatique encore plus prononcée, jusqu'au blanc immaculé... 

 

17

 

En attendant, je ne pouvais pas manquer de tenter le cliché d'une mignonne rencontre végétal / animal : Orchis mâle / Lézard des murailles !

 

Montagne de la Chaume - BOUZE-LES-BEAUNE à NANTOUX (21)
clichés du 22 avril 2019

 

© F6
avril 2019